Aristote [08] Les quatre espèces de gouvernement : démocratie, oligarchie, aristocratie, monar­chie. Leurs mœurs et leur finalité. [La Rhétorique Ch. VIII]

Publié le par Maltern

Aristote [08] Les quatre espèces de gouvernement : démocratie, oligarchie, aristocratie, monar­chie. Leurs mœurs et leur finalité. [La Rhétorique Ch. VIII]

 

« I. La condition la plus importante, la princi­pale pour pouvoir persuader et délibérer conve­nablement, c’est de connaître toutes les espèces de gouvernement et de distinguer les moeurs, les lois et les intérêts de chacun d’eux.

II. En effet, tout le monde obéit à la considé­ration de l’utile; or il y a de l’utilité dans ce qui sert à sauver l’Etat. De plus, l’autorité se mani­feste de par celui qui la détient; or les conditions de l’autorité varient suivant la forme de gouver­nement. Autant d’espèces de gouvernement, autant d’espèces d’autorité.

III. Il y a quatre espèces de gouvernement: la démocratie, l’oligarchie, l’aristocratie, la monar­chie; de sorte que l’autorité qui gouverne et celle qui prononce des jugements se composent tou­jours d’une partie ou de la totalité des citoyens.

IV. La démocratie est le gouvernement dans lequel les fonctions sont distribuées par la voie du sort; l’oligarchie, celui où l’autorité dépend de la fortune[1]; l’aristocratie, celui où elle dépend de l’éducation; je parle ici de l’éducation réglée par la loi, car ce sont ceux qui ont constamment observé les lois à qui revient le pouvoir dans le gouvernement aristo­cratique ; or, c’est en eux que l’on doit voir les meilleurs citoyens, et c’est de là que cette forme de gouvernement’ a pris son nom. La monarchie, comme son nom l’indique aussi, est le gouver­nement où un seul chef commande à tous. Il y a [1366a] deux monarchies : la monarchie réglée, ou la royauté, et celle dont le pouvoir est illimité, ou la tyrannie.

V. On ne doit pas laisser ignorer la fin de chacune de ces formes gouvernementales, car on se détermine toujours en vue de la fin propo­sée. La fin de la démocratie, c’est la liberté; celle de l’oligarchie, la richesse; celle de l’aristocratie, la bonne éducation et les lois; celle de la tyran­nie, la conservation du pouvoir. II est donc évident qu’il faut distinguer les moeurs, les lois et les intérêts qui se rapportent à la fin de chacun de ces gouvernements, puisque la détermination à prendre sera prise en vue de cette fin.

VI. Comme les preuves résultent non seule­ment de la démonstration, mais aussi des moeurs (et en effet, nous accordons notre confiance à l’orateur en raison des qualités qu’il fait paraître, c’est‑à‑dire si nous voyons en lui du mérite, ou de la bienveillance, ou encore l’un et l’autre), nous devrions nous‑mêmes[2] posséder la connais­sance du caractère moral propre à chaque gou­vernement; car le meilleur moyen de persuader est d’observer les moeurs de chaque espèce de gouvernement, suivant le pays où l’on parle. Les arguments seront produits sous une forme en rapport avec les mêmes (moeurs). En effet, les moeurs se révèlent par le principe d’action; or le principe d’action se rapporte à la fin (de chaque gouvernement).

VII. Du reste, à quoi nous devons tendre dans nos exhortations, qu’il s’agisse de l’avenir, ou du présent; à quels éléments nous devons emprun­ter les preuves, soit à propos d’une question d’intérêt, soit au sujet des mœurs et des institu­tions propres aux diverses espèces de gouverne­ment; pour quels motifs et par quels moyens nous pourrons avoir un succès en rapport avec la circonstance donnée, voilà autant de points sur lesquels on a dit ce qu’il y avait à dire, car c’est le sujet d’une explication approfondie dans les Politiques.

 [Aristote, La rhétorique, circa 329-323 av. J.-C., Livre premier, Chapitre VIII, Trad Ruelle, Classiques de Poche, pp. 126-127]

 

 

Aristote [31] Le bonheur : un Souverain Bien, désirable pour lui-même et non en vue d’autre chose. [Ethique à Nicomaque]

 

« Revenons encore une fois sur le bien qui fait l’objet de nos recherches, et demandons-nous ce qu’enfin il peut être. Le bien, en effet, nous apparaît comme une chose dans telle action ou tel art, et comme une autre chose dans telle autre action ou tel autre art: il est autre en médecine qu’il n’est en stra­tégie, et ainsi de suite pour le reste des arts. Quel est donc le bien dans cha­cun de ces cas ? N’est-ce pas la fin en vue de quoi tout le reste est effectué ? C’est en médecine la santé, en stratégie la victoire, dans l’art de bâtir, une maison, dans un autre art c’est une autre chose, mais dans toute action, dans tout choix, le bien c’est la fin, car c’est en vue de cette fin qu’on accomplit toujours le reste. Par conséquent, s’il y a quelque chose qui soit fin de tous nos actes, c’est cette chose-là qui sera le bien réalisable, et s’il y a plusieurs choses, ce seront ces choses-là.

[...] Or, ce qui est digne d’être poursuivi par soi, nous le nommons plus par­fait que ce qui est poursuivi pour une autre chose, et ce qui n’est jamais dési­rable en vue d’une autre chose, nous le déclarons plus parfait que les choses qui sont désirables à la fois par elles-mêmes et pour cette autre chose, et nous appelons parfait au sens absolu ce qui est toujours désirable en soi-même et ne l’est jamais en vue d’une autre chose. Or le bonheur semble être au suprême degré une fin de ce genre, car nous le choisissons toujours pour lui­même et jamais en vue d’une autre chose: au contraire l’honneur, le plaisir, l’intelligence ou toute vertu quelconque, sont des biens que nous choisissons assurément pour eux-mêmes (puisque, même si aucun avantage n’en découlait pour nous, nous les choisirions encore), mais nous les choisissons aussi en vue du bonheur, car c’est par leur intermédiaire que nous pensons devenir heureux. Par contre, le bonheur n’est jamais choisi en vue de ces biens, ni d’une manière générale en vue d’autre chose que lui-même. »

[Aristote, Éthique à Nicomaque, I, 5, 1097a-b, trad. J. Tricot, Vrin]

 



 

[1] Au sens de richesse.

 

[2] Nous : les orateurs.

Publié dans 25 - L'Etat - L ES

Commenter cet article