EINSTEIN ALBERT 1879 – 1955 [01] L’image de la montre fermée. Les théories physiques ne sont que des images des choses, leur vérité une limite idéale de l’esprit.

Publié le par Maltern

EINSTEIN ALBERT 1879 – 1955 [01] L’image de la montre fermée. Les théories physiques ne sont que des images des choses, leur vérité une limite idéale de l’esprit.

 

« Les concepts physiques sont des créations libres de l’esprit humain et ne sont pas, comme on pourrait le croire, uniquement déterminés par le monde extérieur. Dans l’effort que nous faisons pour comprendre le monde, nous ressemblons quelque peu à l’homme qui essaie de comprendre le mécanisme d’une montre fermée. Il voit le cadran et les aiguilles en mouvement, il entend le tic-tac, mais il n’a aucun moyen d’ouvrir le boîtier. S’il est ingénieux, il pourra se former quelque image du mécanisme, qu’il rendra responsable de tout ce qu’il observe, mais il ne sera jamais sûr que son image soit la seule capable d’expliquer ses observations. Il ne sera jamais en état de comparer son image avec le mécanisme réel, et il ne peut même pas se représenter la possibilité d’une telle comparaison. Mais le chercheur croit certainement qu’à mesure que ses connaissances s’accroîtront, son image de la réalité deviendra de plus en plus simple et expliquera des domaines de plus en plus étendus de ses impressions sensibles. Il pourra aussi croire à l’existence d’une limite idéale de la connaissance que l’esprit humain peut atteindre. Il pourra appeler cette limite idéale la vérité objective. »

 

 [Einstein et Infeld, L’Évolution des idées en physique, 1938, Flammarion, Champs,1982, p. 34-35].

 
 

Commenter cet article