Sartre [02] L’exemple du garçon de café : jouer un rôle : “ exister ” ou jouer à “ être ” ? Nos relations sociales avec l’Autre sont-elles authentiques ?

Publié le par Maltern

Sartre [02] L’exemple du garçon de café : jouer un rôle : “ exister ” ou jouer à “ être ” ? Nos relations sociales avec l’Autre sont-elles authentiques ?

 

« Considérons le garçon de café. Il a le geste vif et appuyé, un peu trop précis un peu trop rapide, il vient vers les consommateurs d’un pas un peu trop vif, il s’incline avec un peu trop d’empressement, sa voix, ses yeux expriment un intérêt un peu trop plein de sollicitude pour la commande du client, enfin le voilà qui revient en essayant d’imiter dans sa démarche la rigueur inflexible d’on ne sait quel automate, tout en portant son plateau avec une témérité de funambule, en le mettant dans un équilibre perpétuellement instable et perpétuellement rompu qu’il rétablit perpétuellement d’un mouvement léger du bras et de la main. Toute sa conduite nous semble un jeu. Il s’applique à a enchaîner ses mouvements comme s’ils étaient des mécanismes se commandant les uns les autres, sa mimique et sa voix même semblent des mécanismes ; il se donne la prestesse et la rapidité impitoyable des choses. Il joue, il s’amuse. Mais à quoi donc joue-t-il ? Il ne faut pas l’observer longtemps pour s’en rendre compte : il joue à "être" garçon de café. [...] Cette obligation ne diffère pas de celle qui s’impose à tous les commerçants : leur condition est toute de cérémonie, le public réclame d’eux qu’ils la réalisent comme une cérémonie, il y a la danse de l’épicier, du tailleur, du commissaire- priseur, par quoi ils s’efforcent de persuader à leur clientèle qu’il ne sont rien autre qu’un épicier , qu’un commissaire-priseur, qu’un tailleur. Un épicier qui rêve est offensant pour l’acheteur, parce qu’il n’est plus tout à fait un épicier. »

 

[J.P. Sartre, L’Etre et le Néant, 1943, p 98.] [

Voir éventuellement Sartre [03] Texte étendu problématique de l’inauthenticité, dans Suppléments.

Publié dans 22 - La société

Commenter cet article