♎ L’affaire du tremblement de terre de Lisbonne 1755 : la providence divine en débat II Notes de Voltaire et réponse de Rousseau

Publié le par Maltern

L’affaire du tremblement de terre de Lisbonne 1755 : la providence divine en débat II Notes de Voltaire et réponse de Rousseau

 

Notes de Voltaire, suite au poème,  extraits :

 Dieu tient en main la chaîne, et n’est point enchaîné
 

La chaîne universelle n’est pas, comme on l’a dit, une gradation suivie qui lie tous les êtres. Il y a probablement une distance immense entre l’homme et la brute, entre l’homme et les substances supérieures ; il y a l’infini entre Dieu et toutes les substances. Les globes qui roulent autour de notre soleil n’ont rien de ces gradations insensibles, ni dans leur grosseur, ni dans leurs distances, ni dans leurs satellites.

Pope dit que l’homme ne peut savoir pourquoi les Lunes de Jupiter sont moins grandes que Jupiter ; il se trompe en cela ; c’est une erreur pardonnable qui a pu échapper à son beau génie.
 

Si Jupiter était plus petit que les satellites, ils ne pourraient pas tourner autour de lui ; mais il n’y a point de mathématicien qui pût découvrir une gradation suivie dans les corps du système solaire…Cette chaîne des événements a été admise et très ingénieusement défendue par le grand philosophe Leibniz ; elle mérite d’être éclaircie. Tous les corps, tous les événements dépendent d’autres corps et d’autres événements. Cela est vrai : mais tous les événements ne sont pas essentiels à la série des événements. Une goutte d’eau, un grain de sable de plus ou de moins, ne peuvent rien changer à la constitution générale. La nature n’est asservie ni à aucune quantité précise, ni à aucune forme précise….Il en est de même des événements. Chacun d’eux a sa cause dans l’événement qui précède ; c’est une chose dont aucun philosophe n’a jamais douté. Si on n’avait pas fait l’opération césarienne à la mère de César, César n’aurait pas détruit la République, il n’eût adopté Octave, et Octave n’eût pas laissé l’Empire à Tibère…Il y a donc des événements qui ont des effets, et d’autres qui n’en ont pas. Il en est de leur chaîne comme d’un arbre généalogique ; on y voit des branches qui s’éteignent à la première génération, et d’autres qui continuent la race…La chaîne n’est pas dans un plein absolu… Tout l’espace n’est pas rempli. Il n’y a donc pas une fuite de corps depuis un atome jusqu’à la plus reculée des étoiles…

On ne peut donc assurer que l’homme soit nécessairement placé dans un des chaînons attachés l’un à l’autre par une fuite interrompue. Tout est enchaîné, ne veut dire autre chose, sinon que tout est arrangé. Dieu est la cause et le Maître de cet arrangement. Dieu est le Maître des destins.

La balance à la main Beyle enseigne de douter


Une centaine de remarque répandues dans le dictionnaire de Bayle lui ont fait une réputation immortelle. Il a laissé la dispute sur l’origine du mal indécise. Chez lui toutes les opinions sont exposées, toutes les raisons qui les soutiennent, toutes les raisons qui les ébranlent, sont également approfondies ; c’est l’avocat général des philosophes, mais il ne donne point ses conclusions. Il est comme Cicéron, qui souvent dans les ouvrages philosophiques, soutient son caractère d’académicien indécis….Je crois devoir essayer ici d’adoucir ceux qui s’acharnent depuis quelques années avec tant de violence et si vainement contre Bayle : j’ai tort de dire vainement, car ils ne servent qu’à le faire lire avec plus d’avidité : ils devraient apprendre de lui à raisonner et à être modérés. Jamais d’ailleurs le philosophe Bayle n’a nié ni la providence ni l’immortalité de l’âme…Jamais Beyle n’a rien dit d’approchant. Cependant on met Cicéron entre les mains de la jeunesse ; on se déchaîne contre Bayle : pourquoi ? C’est que les hommes sont inconséquents, c’est qu’ils sont injustes.

Que fuis-je ? Où fuis-je ? Où vais-je ? Et d’où suis-je tiré ?

Il est clair que l’homme ne peut par lui-même être instruit de tout cela. L’esprit humain  n’acquiert aucune notion que par l’expérience ; nulle expérience ne peut nous apprendre ni ce qui était avant notre existence, ni ce qui est après, ni ce qui anime notre existence précédente.


Comment avons-nous reçu la vie ? Quelle ressort la soutient ? Comment notre cerveau a-t-il des idées et de la mémoire ? Comment nos membres obéissent –ils incontinent à notre volonté ? Nous n’en savons rien. Ce globe est-il seul habité ? A- t-il été fait après d’autres globes ou dans le même instant ? Chaque genre de plante vient-il ou non d’une première plante ? Chaque genre d’animaux est-il produit ou non par deux premiers animaux ? Les plus grands philosophes n’en savent pas plus sur ces matières que les plus ignorants des hommes. Il en faut revenir à ce proverbe : la poule a-t-elle été avant l’œuf, ou l’œuf avant la poule ? Le proverbe est bas, mais il confond la plus grande sagesse, qui ne fait rien sur les premiers principes des choses sans un secours surnaturel.

On trouve difficilement une personne qui voulût recommencer la même carrière qu’elle a courue, et repasser les mêmes événements.


Mais il pouvait encore ajouter l’espérance  

 


La réponse de Rousseau à François –Marie Arouet de Voltaire

 

18 août 1756, lettre 424

 

Vos deux derniers poèmes, Monsieur, me sont parvenus dans ma solitude, et quoique mes amis connaissent l’amour que j’ai pour vos écrites, je ne sais de quelle part ceux-ci me pourraient venir, à moins que ce ne soit de la vôtre…Je ne vous dirai pas que tout m’en plaise également, mais les choses qui m’y blessent me font que m’inspirer plus de confiance pour celles qui me transportent….Tous mes griefs sont donc contre votre Poème sur le désastre de Lisbonne, parce que j’en attendais des effets plus dignes de l’Humanité qui paraît vous l’avoir inspiré. Vous reprochez à Pope et à Leibniz d’insulter à nos maux en soutenant que tout est bien, et vous amplifiez tellement le tableau de nos misères que vous en aggravez le sentiment : au lieu de consolations que j’espérais, vous ne faites que m’affliger ; on dirait que vous craignez que je ne voie pas assez combien je suis malheureux, et vous croiriez, ce semble, me tranquilliser beaucoup en me prouvant que tout est mal.

 

Ne vous y trompez pas, Monsieur, il arrive tout le contraire de ce que vous proposez. Cet optimisme que vous trouvez si cruel, me console pourtant dans les mêmes douleurs que vous me peignez comme insupportables. Le Poème de Pope adoucit mes maux, et me porte à la patience, le vôtre aigrit mes peines, m’excite au murmure, et m’ôtant tout hors une espérance ébranlée, il me réduit au désespoir. Dans cette étrange opposition qui règne entre ce que vous prouvez et ce que j’éprouve, clamez la perplexité qui m’agite, et dites-moi qui s’abuse du sentiment ou de la raison.

 

Homme prend patience, me disent Pope et Leibniz, tes maux sont un effet nécessaire de ta nature et de la constitution de cet univers. L’Etre éternel et bienfaisant qui le gouverne eut voulu t’en garantir de toutes les économies possibles qu’il a choisi celle qui réunissait le moins de mal et le plus de bien, ou pour dire la chose encore plus cruement s’il le faut, s’il n’a pas mieux fait, c’est qu’il ne pouvait mieux faire.

 

Que me dit maintenant votre poème ? Souffre à jamais, malheureux. S’il est un Dieu qui t’ait crée, sans doute il est tout puissant ; il ne peut prévenir tout tes maux, n’espère donc jamais qu’ils finissent ; car on ne saurait voir pourquoi tu existes, si ce n’est pour souffrir et mourir. Je ne sais ce qu’une pareille doctrine peut avoir de plus consolant que l’optimisme, et que la fatalité même : pou moi, j’avoue qu’elle me paraît plus cruelle encore que le manichéisme. Si l’embarras de l’origine du mal vous forçait d’altérer quelqu’une des perfections de Dieu, pourquoi justifier sa puissance aux dépends de sa bonté ? S’il faut choisir entre deux erreurs, j’aime encore mieux la première.

 

Vous ne voulez pas, Monsieur, qu’on regarde votre ouvrage comme un poème contre la Providence, et je me garderai bien de lui donner ce nom, quoique vous ayez qualifié de Livre contre le genre humain un écrit où je plaidais la cause du genre humain contre lui-même. Je sais la distinction qu’il faut faire entre les intentions d’un auteur, et les conséquences qui peuvent se tirer de sa doctrine. La juste défense de moi-même m’oblige seulement à vous faire observer qu’en peignant les misères humaines, mon but était excusable, et même louable, à ce que je crois, car je montrais aux hommes comme ils faisaient leurs malheurs eux-mêmes, et par conséquent, comme ils les pouvaient éviter.

 

Je ne vois pas que l’on puisse chercher la source du mal moral ailleurs que dans l’homme libre, perfectionné, partant corrompu ; et quant aux maux physiques, si la matière sensible et impassible est une contradiction, comme il me le semble, ils sont inévitables dans tout système dont l’homme fait partie, et alors la question n’est point, pourquoi l’homme n’ est pas parfaitement heureux, mais pourquoi il existe. De plus, je crois avoir montré qu’excepté la mort, qui n’est presque un mal que par les préparatifs dont on la fait précéder, la plupart de nos maux physiques sont encore notre ouvrage. Sans quitter votre sujet de Lisbonne, convenez, que par exemple, que la nature n’avait point rassemblé là vingt mille maisons de six à sept étages, et que si lis habitants de cette grande ville eussent été dispersés plus également et plus légèrement logés, le dégât eut été beaucoup moindre, et peut-être nul. Tous eut fui au premier ébranlement, et on les eut vus le lendemain à vingt lieues de là, tout aussi gais que s’il n’était rien arrivé. Mais il faut rester, s’opiniatrer autour des masures, s’exposer à de nouvelles secousses, parce que ce qu’on laisse vaut mieux que ce qu’on peut emporter. Combien de malheureux ont péri dans ce désastre pour vouloir prendre l’un ses habits, l’autre ses papiers, l’autre son argent ? Ne sait-on pas que la personne de chaque homme est devenue la moindre partie de lui-même ; et que ce n’est pas la peine de la sauver, quand on a perdu tout le reste ?

 

Vous auriez voulu, et qui ne l’eut pas voulu ! que le tremblement se fut fait au fond d’un désert plutôt qu’à Lisbonne. Peut-on douter qu’il ne s’en forme aussi dans les déserts ? Mais nous n’en parlons point, parce qu’ils ne font aucun mal aux Messieurs des villes, les seul hommes dont nous tenons compte. Ils en font peu même aux animaux, et sauvages qui habitent, épars, ces lieux retirés, et qui ne craignent ni la chute des toits, ni l’embrasement des maisons. Mais que signifierait un pareil privilège ? Serait-ce à dire que l’ordre du monde doit changer selon nos caprices, que la nature doit être soumisse à nos lois, et que pour lui interdire un tremblement de terre en quelque lieu, nous n’avons qu’à bâtir une ville ?

 

Il y a des événements qui nous frappent souvent plus ou moins selon les faces sous lesquelles on les considère, et qui perdent beaucoup de l’horreur qu’ils inspirent au premier aspect, quand on veut les examiner de près…De tant d’hommes écrasés sous les ruines de cette malheureuse ville, plusieurs, sans doute, ont évité de plus grands malheurs, et malgré ce qu’une pareille description a de touchant et fournit à la poésie, il n’est pas sûr qu’un seul de ces infortunés ait plus souffert que si selon le cours ordinaire des choses il eut attendu dans de longues angoisses la mort qui l’est venu surprendre. Est-il une fin plus triste que celle d’un mourant qu’on tourmente de soins inutiles ?…. Pour moi, je vois partout que les maux auxquels nous assujettit la nature sont beaucoup moins cruels que ceux qu’il nous plait d’y ajouter….Nous n’avons pu jusqu’à présent nous perfectionner au point de nous rendre généralement la vie à charge, et de préférer le néant à l’être, sans quoi, le découragement, le désespoir se seraient bientôt emparés du plus grand nombre, et le genre humain n’eut pu subsister longtemps. Or s’il est mieux pour nous d’être que de n’être pas, c’en serait assez pour justifier notre existence, quand même nous n’aurions aucun dédommagement à attendre des maux que nous avons à souffrir, et que ces maux seraient aussi grands que vous les dépeignez : mais il est difficile de trouver sur ce sujet de la bonne foi chez les hommes, et de bons calculs chez les philosophes, parce que ceux-ci, dans la comparaison des bine3s et des maux oublient toujours le doux plaisir d’exister indépendant de toute autre sensation, et que la vanité de mépriser la mort engage les autres à calomnier la vie ; à peu près comme ces femmes qui avec une robe tachée et des ciseaux, prétendent aimer mieux des trous que des taches. Vous pensez avec Erasme que peu de gens voudraient renaître aux mêmes conditions qu’ils ont vécu ; mais tels sa marchandise fort haute, qui en rabattraient beaucoup ; s’il avait quelque espoir de conclure le marché. D’ailleurs, Monsieur, qui dois-je croire que vous avez consulté sur cela ? Des riches, peut-être ; rassasiez de faux plaisirs, mais ignorant les véritables ; toujours ennuyés de la vie, et toujours tremblants de la perdre : peut-être, des gens de lettres, de tous les ordres d’hommes, le plus sédentaire, le plus malsain, le plus réfléchissant, et par conséquent le plus malheureux….Nos différentes manières de penser sur tous ces articles m’apprennent pourquoi plusieurs de vos preuves sont peu concluantes pour moi ; car je n’ignore pas combien la raison humaine prend plus facilement le moule de nos opinions que celui de la vérité, et qu’entre deux hommes d’avis contraire ce que l’un croit démontré, n’est souvent qu’un sophisme pour l’autre.

 

Quand vous attaquez, par exemple, la chaîne des Etres si bien décrite par Pope, vous dites qu’il n’est pas vrai que, si l’on ôtait un atome du monde, le monde ne pourrait subsister…Vous ajoutez que la Nature n’est asservie à aucune mesure précise ni à aucune forme précise : que nulle planchette ne se meut dans une courbe absolument régulière; que nul être connu n’est d’une figure précisément mathématique ; que nulle quantité précise n’est requise pour nulle opération ; que la nature n’agit jamais rigoureusement ; qu’ainsi on n’a aucune raison d’assurer qu’un atome de moins sur la terre serait la cause de la destruction de la terre. Je vous avoue Monsieur que sur tout cela je suis plus frappé de la force de l’assertion que celle du raisonnement, et qu’en cette occasion je céderais avec plus de confiance à votre autorité qu’à vos preuves….Loin de penser que la Nature ne soit point asservie à la précision des quantités et des figures, je croirais, tout qu contraire, qu’elle seule suit à la rigueur cette précision, parce qu’elle seule sait comparer exactement les fins, et les moyens, et mesurer la force à la résistance. Quant à ces irrégularités prétendues, peut-on douter qu’elles n’aient toutes leurs causes physiques, et suffit-il de ne la pas apercevoir pour nier qu’elle existe ? Ces apparentes irrégularités viennent, sans doute, de quelques lois que nous ignorons, et que la nature suit tout aussi fidèlement que celles qui nous sont connues ; de quelque agent que nous n’apercevons pas, et dont l’obstacle ou le concours a des mesures fixes dans toutes ses opérations; autrement il faudrait dire nettement qu’il y a des actions sans principes et des effets sans cause ; ce qui répugne à toute philosophie…Vous distinguez les événements qui ont des effets de ceux qui n’en ont point : je doute que cette distinction soit solide : Tout événement me semble avoir nécessairement quelque effet moral, ou physique, ou composé des deux, mais qu’on n’aperçoit pas toujours, parce que la filiation des événements est encore plus difficile à suivre que celle des hommes….Laissons les difficultés sans nombre qu’un physicien ferait peut-être de la Nature de la Lumière et des espaces éclairés ; mais croyez – vous de bonne foi que Bayle, dont j’admire avec vous la sagesse et la retenue en matière d’opinions, eut trouvé la votre si démontrée ? En général il semble que les sceptiques s’oublient un peu sitôt qu’ils prennent le ton dogmatique, et qu’ils devraient user plus sobrement que personne du terme de démontrer. Le moyen d’être crû quand on se vante de ne rien savoir, en affirmant tant de choses ? Au reste vous avez fait un correctif très juste au système de Pope, en observant qu’il n’y a aucune gradation proportionnelle entre les créatures et le créateur, et que si la chaîne des êtres créés aboutit à Dieu, c’est parce qu’il la tient, et non parce qu’il la termine.

 

Sur le bien du tout préférable à celui de sa partie, vous faites dire à l’homme : je dois être aussi cher à mon maître, moi Etre pensant, et sentant, que les planètes, qui probablement ne sentent point. Sans doute cet univers matériel ne doit pas être plus cher à son auteur qu’un seul être pensant et sentant : mais le système de cet univers qui produit, conserve et perpétue tous les êtres pensants et sentants, doit lui être plus cher qu’un seul de ces Etres. Il peut donc, malgré sa bonté, ou plutôt par sa bonté même, sacrifier quelque chose du bonheur des individus à la conservation du tout. Je crois, j’espère valoir mieux aux yeux de Dieu que la terre d’une planète, mais si les planètes sont habitées, comme il est probable, pourquoi vaudrais-je mieux à ses yeux que tous les habitants de Saturne ? … Pour revenir au système que vous attaquez, je crois qu’on ne peut l’examiner convenablement sans distinguer avec soin le mal particulier, dont aucun philosophe n’a jamais nié l’existence, du mal général que nie l’optimisme. Il n’est pas question de savoir si chacun de nous souffre ou non ; mais s’il était bon que l’univers fut, et si nos maux étaient inévitables dans sa constitution. Ainsi l’addition d’un article rendrait, ce semble, la proposition plus exacte, et, au lieu de tout est bien, il vaudrait mieux dire, le tout est bien, ou tout est bien pour le tout….De sorte, on ne prouve pas l’existence de Dieu par le système de Pope, mais le système de Pope par l’existence de Dieu, et c’est, sans contredit, de la question de la providence qu’est dérivée celle de l’origine du mal. Que si ces deux questions n’ont pas été mieux traitées l’une que l’autre, c’est qu’on a toujours si mal raisonné sur la providence, que ce qu’on en a dit d’absurde a fort embrouillé les conséquences qu’on pouvait tirer de ce grand et consolant dogme.

 

Les premiers qui ont gâté la cause de Dieu sont les prêtres et les dévots qui ne souffrent pas que rien se fasse selon l’ordre établi, mais font toujours intervenir la justice divine à des événements purement naturels, et pour être sûrs de leur fait punissent et châtient les méchants, éprouvent et récompensent les bons, indifféremment avec des biens ou des maux selon l’événement….Il est à croire que les événements particuliers ne sont rien ici bas aux yeux du maître de l’univers, que sa providence est seulement universelle, qu’il se contente de conserver les genres et les espèces, et de présider au tout sans s’inquiéter de la manière dont chaque individu passe sa courte vie… De sorte que la plus grande idée que je puis me faire de la providence est que chaque être matériel soit disposé le mieux qu’il est possible par rapport à lui-même ; ce qui signifie en d’autres termes que pou qui sent son existence, il doit valoir mieux être que n’être pas. …Si Dieu existe, il est parfait, s’il est parfait il est sage, puissant et juste ; s’il est sage et puissant tout est bien ; s’il est juste et puissant mon âme est immortelle, trente ans de vie ne sont rien pour moi, et sont peut-être nécessaires au maintien de l’univers. Si l’on m’accorde la première proposition, jamais on n’ébranlera les autres ; si on la nie, à quoi bon disputer sur ses conséquences ?…. Ainsi, j’appelle intolérant par principe tout homme qui s’imagine qu’on ne peut être homme de bien sans croire tout ce qu’il croit, et damne impitoyablement quiconque ne pense pas comme lui….Et j’aimerais pouvoir dire à Dieu, j’ai fait songer à toi le bien qui t’est agréable, et mon cœur suivait ta volonté sans la connaître que de lui dire, comme il faudra que je le fasse un jour, hélas ! Je t’aimais et n’ai cessé de t’offenser ; je t’ai connu, et n’ai rien fait pour te plaire…. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans 12 - Religion

Commenter cet article