Rousseau [23] « … ceux qui voudront traiter séparément la politique et la morale n’entendront jamais rien à aucune des deux ».

Publié le par Maltern

Rousseau [23] « … ceux qui voudront traiter séparément la politique et la morale n’entendront jamais rien à aucune des deux ». De l’état de nature à l’état civil : règne des désirs et mésaventures de l’Egalité  

 

« Il faut étudier la société par les hommes, et les hommes par la société : ceux qui voudront traiter séparément la politique et la morale n’entendront jamais rien à aucune des deux.

 

En s’attachant d’abord aux relations primitives, on voit comment les hommes en doivent être affectés, et quelles passions en doivent naître : on voit que c’est réciproquement par le progrès des passions que ces relations se multiplient et se resserrent. C’est moins la force des bras que la modération des coeurs qui rend les hommes indépendants et libres. Quiconque désire peu de chose tient à peu de gens; mais confondant toujours nos vains désirs avec nos besoins physiques, ceux qui ont fait de ces derniers les fondements de la société humaine ont toujours pris les effets pour les causes, n’ont fait que s’égarer dans tous leurs raisonnements.

 

 

 

Il y a dans l’état de nature une égalité de fait réelle et indestructible, parce qu’il est impossible dans cet état que la seule différence d’homme à homme soit assez grande pour rendre l’un dépendant de l’autre. Il y a dans l’état civil une égalité de droit chimérique et vaine, parce que les moyens destinés à la maintenir servent eux-mêmes à la détruire, et que la force publique ajoutée au plus fort pour opprimer le faible rompt l’espèce d’équilibre que la nature avait mis entre eux.

 

De cette première contradiction découlent toutes celles que l’on remarque dans l’ordre civil entre l’apparence et la réalité. Toujours la multitude sera sacrifiée au petit nombre, et l’intérêt public à l’intérêt particulier ».

 

 

 

[Rousseau, Emile ou de l’éducation, 1762, p. 306-307 éd. GF]

 

 

Publié dans 21- LA POLITIQUE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Loua Pepe Cyrille 12/11/2016 12:30

faire le commentaire compé du texte de Rousseau dans Emile ou L' Education de la page 3510 du Garnier