Georges Duby [03] « L’essai » dans l’amour courtois… et l’épreuve amoureuse

Publié le par Maltern

Georges Duby [03] « L’essai » dans l’amour courtois… et l’épreuve amoureuse

 

« Les efforts de l’Église pour dompter la courtoisie étaient par­venus au XIIIe siècle à susciter quelques poèmes qui déviaient la démarche amoureuse de son but charnel et qui la transféraient vers le mysticisme. Cette transmutation religieuse et abstraite culmina vers 1300 dans le dolce stil nuovo. Mais dans le commun des rites de cour, l’amour vit de l’espoir d’un triomphe final qui conduira la dame à se livrer tout entière, d’une victoire secrète et périlleuse sur l’interdit majeur et sur les châtiments promis aux étreintes adultères. Toutefois, tant que dure l’attente, et il convient qu’elle se prolonge très longtemps, le désir doit se satisfaire de peu. A l’amant qui veut conquérir l’élue, il importe de se maîtriser. De toutes les épreuves que l’amour lui impose, celle qui porte le symbole le plus clair des nécessités du délai consenti, est « l’essai» que célèbrent les chansons des troubadours : la dame commande au chevalier de se coucher auprès d’elle, dans leur commune nudité, et pourtant de dominer son désir. L’amour se renforce dans cette discipline, et dans les joies imparfaites des attouchements mesurés. Ses plaisirs deviennent alors de sentiment. L’étincelle amoureuse ne réunit pas des corps, mais des cœurs. »

 

Georges DUBY, Le Temps des cathédrales, « L’art et la société 980-1420 »,1976, Gallimard, p. 304.

 

Publié dans 05 - Le désir

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article