Que lire avant et pendant l'année pour entrer en philosophie

Publié le par Maltern








 




Jacques Truphémus, pastel, 1999



Que lire pour entrer en philosophie ou pendant l'année : une aide pour faire de bons choix

Aller à la liste : Philosophie : des textes de philosophes et quelques "utilités"

Aller à la liste : Références Essais, et littérature :

Programme lettres terminales littéraires 2009

 

Lectures de vacances

Lectures pour le bac

Lectures pour soi

 

Les 3- critères retenus dans ces propositions :


a- Des livres qui peuvent être lus en fin de première sans préparation spéciale. Ce qui ne veut pas dire qu'en cours d'année on ne découvre pas, dans une autre lecture, une autre dimension des textes et de ce qu'ils mettent en jeu. En rouge les auteurs « canoniques » figurant sur la liste des auteurs dont les œuvres peuvent faire partie des « œuvres au choix ». C'est à titre indicatif et ne constitue en rien un classement qualitatif des œuvres pour ce qui nous intéresse ici. Entre [...] les références au(x) champ(s) de problème(s) abordé dans ce livre. (Voir programme en annexe)


b - Le prix : le format poche, mais attention l'édition compte : pb. de traductions mais aussi de notes ou dossiers. (Attention ces prix sont indicatifs, et vous pouvez trouver en occasion chez libraires ou sur Internet)     


c - l'utilisation directe des contenus pour les notions du programme ou comme source d'exemples 


 

Si vous cherchez à satisfaire un intérêt et une curiosité personnels : il y a des livres que l'on garde pour les fréquenter. C'est essentiel. Une dimension existentielle, ces livres qui nous suivent, auxquelles on revient.  Philosophie sagesse plus que philosophie savoir. Mais philosophie d'auteurs figurant au programme de terminales pour les œuvres choisies ;

 

Si vous cherchez une « initiation » à la philosophie au bac : Ce sont des livres d'initiation écrits par des enseignants et pour un enseignement de terminales. Oui, il y a un programme et des exigences précises[1][2]  N'oubliez pas que le programme a changé depuis 2003 et la session 2004. [voyez sur le site ces nouveaux programmes et les exigences des épreuves en partant des indications aux correcteurs, qui n'ont rien de secret et doivent être connues des candidats. Voilà qui rassure. ] Préparez votre bac qui n'est plus tout à fait le même que celui de votre grand frère, et sûrement pas celui de vos parents... !   pour apprendre à fabriquer une problématique dans une dissertation ou un commentaire de bac. Ces acquis servent plus tard dans les poursuites d'études ou pour passer des examens autres que le bac. Question de bon sens : on ne met pas en fin de terminale un enseignement inutile pour l'avenir... c'est tout aussi utile que les maths ou l'histoire etc.


Si vous cherchez des lectures de textes non philosophiques mais  utiles à la réflexion philosophique :  c'est une excellente idée, et les programmes vous le recommandent. Pourquoi ? Parce que la philosophie ne se nourrit pas d'elle-même mais réfléchit sur la réalité humaine. Romans, théâtre, travail scientifique, culture au sens large. Il faut donc avoir à disposition des exemples qui serviront de point d'appui à votre réflexion.  « Si tu veux être philosophe, écris des romans » disait camus dans ses acrnets. (Cf. le Don Juan de Molière, ou Roméo et Juliette de Shakespeare pour un travail sur la notion de désir par ex.)


Vous cherchez un manuel scolaire ou un ouvrage para-scolaire : le manuel type « cours de philosophie » a fait place dans les années 70 aux recueils de textes sur les notions, la lecture des textes et la confrontation avec les penseurs étant privilégiée par rapport à l'histoire des idées qui tournait souvent à la mémorisation d'une galerie d'opinions (un tel a dit, tel autre a dit etc...) sans souci de contact direct avec la construction d'une problématique par un penseur, en direct.

Votre recueil d'extraits de textes est le Vade Mecum[3] : la dernière version est de 2004 conforme aux changements de programmes. Il vous est distribué en début d'année.

 

Vous cherchez un ouvrage du type « fiches », « mémo » ou « méthode »  : ils sont nombreux mais de valeurs inégales. Ils ne peuvent remplacer vos notes de cours et votre travail de lecture de textes.   Méfiez-vous de certaines « annales corrigées », qui sont en réalité des résumés de cours en trois parties. Mieux vaut jeter un œil aux ouvrages du type les bonnes copies du bac.


Ce qu'Internet a changé depuis environ deux ans : Une bibliothèque de textes téléchargeables incomparable. Faites un tour sur une des plus sérieuse :  http://classiques.uqac.ca/ [les classiques des sciences sociales] ou la liste mise à jour par JJ Delfour de l'académie de Toulouse :  http://pedagogie.ac-toulouse.fr/philosophie/textesdephilosophes.htm.  On trouve aussi de bons sites de préparation directe au bac : un des plus recommandables est celui-ci : http://www.philagora.net/. Un paradoxe : les sites commerciaux ne sont pas meilleurs (cela dépend des collaborateurs au niveau parfois bien « hétérogènes ») Il va de soi que si l'on cherche une édition sans « appareil critique » [notes, commentaires etc.] on trouve beaucoup de chose. Mais le danger c'est que beaucoup d'informations ne sont pas validée scientifiquement. Vous trouverez des conseils sur le site, pour éviter les déconvenues.

Une dernière remarque rien ne vaut l'objet livre, le contact est différent de la lecture écran, et on peut annoter, transporter, méditer, souligner, feuilleter, se prêter etc. On assimile mieux sur papier, donc moins de perte de temps et plus d'efficacité.


[NB : les prix sont indicatifs ; Les commentaires sont les plus souvent tirés des « 4ème de couverture »]


Bons choix et bonnes lectures

C. Mt.



[1] Attention... si les œuvres des philosophes ne changent pas, mais les traductions sont importantes. Elles renouvellent parfois la clarté du texte. Les notes également elles peuvent être indispensables pour certains textes. Toutes les éditions ne se valent pas. Nous avons choisis celles qui sont recommandable pour une terminale.

Voir au lien suivant : Préparation aux épreuves Dissertation/Les réponses dans les Instructions aux enseignants

« La culture philosophique à acquérir durant l'année de terminale repose elle-même sur la formation scolaire antérieure, dont l'enseignement de la philosophie mobilise de nombreux éléments, notamment pour la maîtrise de l'expression et de l'argumentation, la culture littéraire et artistique, les savoirs scientifiques et la connaissance de l'histoire. Ouvert aux acquis des autres disciplines, cet enseignement vise dans l'ensemble de ses démarches à développer chez les élèves l'aptitude à l'analyse, le goût des notions exactes et le sens de la responsabilité intellectuelle. Il contribue ainsi à former des esprits autonomes, avertis de la complexité du réel et capables de mettre en œuvre une conscience critique du monde contemporain. [...] La spécification des listes de notions propres au programme de chaque série tient compte (...) des connaissances acquises par les élèves dans les autres disciplines. »


[2] Quels sont les « métiers » où les maths, l'histoire, les SVT sont quotidiennement utiles à chacun d'entre nous ? Est-ce pour cela qu'il faut supprimer ces matières ?!  S'il y a bien un point commun entre toutes les matières c'est bien le sens de la position d'un problème, de sa résolution et de la clarté de son exposition à d'autres.  Qu'il s'agisse d'école, de profession, de politique, chacun est bien amené à « présenter sa copie » ou à la « reprendre » si elle est mal construite, mal argumentée, voire  construite sur du faux volontairement ou non.  Des TPE aux mathématiques, c'est bien de problème et de problématique dont on parle et non de recettes, il s'agit bien d'argumenter et de s'adresser à une raison. Le temps du collège est plus celui des « consignes », il faut apprendre et savoir faire, le temps du lycée celui des « exigences » il faut comprendre ce que l'on fait et savoir se faire comprendre.. Bien sûr le bachotage existe, mais les statistiques d'échecs en post-bac, - doublements, réorientations, abandons- , attestent que mieux vaut suivre un enseignement qui donne progressivement une autonomie dans le travail, plutôt que d'avoir des instructeurs ou des répétiteurs, pour un bac en trompe-l'œil.  

[3] Sur le Vade Mecum : quoi, pourquoi, comment ? Vous pouvez consulter le lien suivant : PWT _ Présentation de l'enseignement de la philosophie au lycée JPO

 

Publié dans METHODES et EXERCICES

Commenter cet article