Kant 139 vmc : L’œuvre de génie, originale, exemplaire, inexplicable [Cr. Fac. Juger § 46]

Publié le par Maltern

Kant 139 : L’œuvre de génie, originale, exemplaire, inexplicable [Cr. Fac. Juger § 46]

1724-1804 [1790]

 
[L’œuvre de génie est originale, exemplaire, inexplicable dans sa genèse. Dans le génie, c’est la nature qui crée à travers l’artiste].

 
 « Le génie est le talent (don naturel), qui donne les règles à l’art. Puisque le talent, comme faculté productive innée de l’artiste, appartient lui-même à la nature, on pourrait s’exprimer ainsi : le génie est la disposition innée de l’esprit (ingenium) par laquelle la nature donne les règles à l’art.

 

Quoi qu’il en soit de cette définition, qu’elle soit simplement arbitraire, ou qu’elle soit ou non conforme au concept que l’on a coutume de lier au mot de génie (ce que l’on expliquera dans le paragraphe suivant), on peut toutefois déjà prouver que, suivant la signification en laquelle ce mot est pris ici, les beaux-arts doivent nécessairement être considérés comme des arts du génie.

 

Tout art en effet suppose des règles sur le fondement desquelles un produit est tout d’abord représenté comme possible, si on doit l’appeler un produit artistique. Le concept des beaux-arts ne permet pas que le jugement sur la beauté de son produit soit dérivé d’une règle quelconque, qui possède comme principe de détermination un concept, et par conséquent il ne permet pas que l’on pose au fondement un concept de la manière dont le produit est possible. Aussi bien les beaux-arts ne peuvent pas eux-mêmes concevoir la règle d’après laquelle ils doivent réaliser leur produit. Or puisque sans une règle qui le précède un produit ne peut jamais être dit un produit de l’art, il faut que la nature donne la règle à l’art dans le sujet (et cela par la concorde des facultés de celui-ci); en d’autres termes les beaux-arts ne sont possibles que comme produits du génie.

 

On voit par là que le génie :

1° est un talent, qui consiste à produire ce dont on ne saurait donner aucune règle déterminée; il ne s’agit pas d’une aptitude à ce qui peut être appris d’après une règle quelconque; il s’ensuit que l’originalité doit être sa première propriété;

2° que l’absurde aussi pouvant être original, ses produits doivent en même temps être des modèles, c’est-à-dire exemplaires et par conséquent, que sans avoir été eux-mêmes engendrés par l’imitation, ils doivent toutefois servir aux autres de mesure ou de règle du jugement;

3° qu’il ne peut décrire lui-même ou exposer scientifiquement comment il réalise son produit, et qu’au contraire c’est en tant que nature qu’il donne la règle; c’est pourquoi le créateur d’un produit qu’il doit à son génie, ne sait pas lui-même comment se trouvent en lui les idées qui s’y rapportent et il n’est en son pouvoir ni de concevoir à volonté ou suivant un plan de telles idées, ni de les communiquer aux autres dans des préceptes, qui les mettraient à même de réaliser des produits semblables. (C’est pourquoi aussi le mot génie est vraisemblablement dérivé de genius, l’esprit particulier donné à un homme à sa naissance pour le protéger et le diriger, et qui est la source de l’inspiration dont procèdent ces idées originales);

4° que la nature par le génie ne prescrit pas de règle à la science, mais à l’art; et que cela n’est le cas que s’il s’agit des beaux-arts. »

 

 [Emmanuel Kant, Critique de la faculté de juger, § 46, trad. A. Philonenko, Vrin, 1968, pp. 138-139]


 

Commenter cet article